Escarre.fr
 
   
     
 
Aides-soignantes : soins préventifs

obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie Les soins à effectuer
 
Après la mise en évidence du niveau de risque du patient, il convient de déterminer avec l'infirmière les actions nécessaires, adaptées et personnalisées pour atteindre le meilleur résultat :
Examen biquotidien de la peau pour déceler un érythème ou une rougeur qui résiste à la pression.
Suppression de l'appui (changement de position, pansements de confort ou de décharge alternés avec la surélévation des talons).
Hygiène rigoureuse recommandée :
     - toilette du siège lors de chaque change,
     - séchage minutieux de la peau,
     - effleurage avec une huile peroxydée facilitant le glissement de la peau et activant la microcirculation.
Protection de la peau avec un film semi-perméable ou un hydrocolloïde transparent pour éviter la macération.

Si par manque de temps l'un des gestes devait être supprimé, il faut absolument respecter le changement de position et ne jamais le négliger.

En cas de présence de sonde urinaire, la fixation de la sonde est à appliquer systématiquement sur la face interne de la cuisse chez la femme, chez l'homme la verge doit être maintenue contre la paroi abdominale. Si la peau est fragile, il est possible de la protéger avant la fixation de la sonde avec une plaque d'hydrocolloïde transparent.

Assurer une alimentation et une hydratation adaptées.

Surveiller l'état général du patient par l'observation au moment des soins (un amaigrissement, un repli sur soi peuvent être les premiers signes de troubles nutritionnels).
   
   
   
Questions - Réponses
   
Concernant une personne de 90 ans, grabataire, en Maison de retraite, actuellement sur un support dynamique (épaisseur d'air de 13cm) à priori bien utilisé, qui a obtenu de bons résultats de cicatrisation dans les 15 premiers jours d'utilisation, mais qui désormais ne donne plus d'amélioration. Elle se nourrit bien mais ne bouge plus du tout. (Ses pansements sont retouvés décollés par l'humidité des urines et selles). Que faudrait-il conseiller de plus ?
 
L'utilisation d'un support d'aide à la prévention des escarres ne dispense pas d'effectuer les changements de position au lit de façon très régulière, ce qui permet également une surveillance des points d'appui et de l'état des pansements lors des changes ; n'oubliez pas que les soins d'hygiène doivent être renouvelés à chaque change avec séchage soigneux de la peau saine pour éviter la macération, l'irritation cutanée...
Vous pouvez également mettre un film de protection semi-perméable sur la peau saine ou pour maintenir un pansement ; c'est une véritable barrière micro-biologique perméable à l'oxygène et à la vapeur d'eau, mais imperméable aux bactéries et aux liquides venant de l'extérieur.
   
Comment prévenir les escarres sans favoriser la transmission des germes nosocomiaux ?
Auteur : cadre hygiéniste
 
Pour lutter contre les infections nosocomiales en matière de prévention d'escarre, il suffit de respecter les règles d'hygiène inhérentes aux soins (par exemple : lavage des mains, propreté de la literie etc.).
Comment réaliser un tableau pour le suivi des changements de position et de rotation pour des patients présentant une escarre ou susceptibles d'en présenter une (pour une maison de retraite médicalisée) ?
 
Il existe dans les protocoles de divers établissements des tableaux de suivi pour les changements de positions.
Pour construire le vôtre, vous pouvez vous inspirer de la démarche suivante :
Sur une feuille format A4 position paysage, vous pouvez organiser un tableau et placer en haut le nom du patient, le numéro de sa chambre (divers renseignements permettant de l'identifier).
Ensuite organiser un tableau de 12 lignes verticales (12 jours) et de 24 cases horizontales (24 heures) avec dans la première colonne en horizontal les heures, en vertical les dates, il vous suffit de placer ensuite dans les petites cases du tableau les positions du patient, en utilisant une légende permettant de les faire tenir dans ces cases.
Exemple : décubitus dorsal (DD), décubitus latéral gauche (DLG), décubitus latéral droit (DLD), fauteuil (F), Marche (M)
Ce tableau peut être affiché dans la chambre du patient ou bien inclus dans le dossier de soins.

Pour télécharger un exemple :