Escarre.fr
 
   
     
 
Les positions couchées

obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie
On évitera les positions dangereuses, notamment la position latérale (risque d'escarre du trochanter).
   
obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie La meilleure position est le décubitus semi-latéral oblique.
   
 
   
obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie
La position assise couchée devra être évitée au maximum. Si elle est pratiquée (personnes alitées voulant lire ou lors des repas), on prendra garde à ce que l'angle avec le lit soit au maximum de 30°. Un angle plus fort créerait des forces de cisaillement dangereuses.
   
 
obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie
On pourra utiliser des calages locaux pour éviter un appui talonnier élevé.
   
 
   
   
   
Questions - Réponses
   

A votre connaissance, y a-t-il un risque d'étouffement lors d'un positionnement 3/4 chez la personne âgée obèse ? Y a-t-il des contre indications à ce positionnement ?
Auteur : Cadre de santé

 
Il n'y a pas de risque d'étouffement lors du positionnement latéral oblique, puisque cette position permet d'incliner le malade de 30° à partir du décubitus dorsal sans atteindre le décubitus latéral strict, à présent interdit. La position latérale oblique n'est pas une position 3/4 en avant, mais 3/4 en arrière. La jambe supérieure est fléchie, elle passe moins en avant, un oreiller ou un coussin souple placé entre les cuisses et les jambes évite le contact et le frottement. Le dos est bien calé avec des oreillers, un traversin ou des coussins de mousse. Le bras du dessous est reposé sur un coussin pour positionner l'épaule dans un axe qui améliore le confort. Un coussin est placé sous le bras du dessus. Un autre coussin est placé sous les pieds, on peut y ajouter un cerceau sur les membres inférieurs toujours dans l'objectif de diminuer l'appui et d'améliorer le confort de la personne soignée. C'est la position qui convient le mieux aux personnes atteintes d'affections cardio-respiratoires puisqu'il est possible de surélever le torse sans provoquer d'inconfort. A notre connaissance, il n'y a pas de contre indication à cette position qui peut être maintenue 4 heures.
   
Aide à domicile, je suis confrontée à un pb de rougeur au niveau du sacrum chez une dame de 88 ans, alitée depuis une semaine suite à une fracture du bassin. Cette dame n'est autorisée à se lever que pour aller sur le montauban. La mettre sur le côté provoque d'affreuses douleurs. Quelle attitude dois-je adopter ?
 
La position à adopter pour cette dame est la position latérale oblique : cette position place le patient en décubitus moins latéralisé que la position décubitus latéral strict (couché sur le côté). Cette position permet d'augmenter la surface de contact sur laquelle se répartit la pression et donc de diminuer les pressions locales.

La jambe supérieure est fléchie, elle passe moins en avant, un oreiller ou un coussin souple placé entre les cuisses et les jambes évite le contact et le frottement. Le dos est bien calé avec des oreilles, un traversin ou des coussins de mousse. Le bras du dessous est reposé sur un coussin pour positionner l'épaule dans un axe de confort, un coussin est placé sous le bras de dessus. Un autre coussin est placé sous les pieds. Un cerceau peut être placé au-dessus des membres inférieurs, toujours dans l'objectif de diminuer l'appui et d'améliorer le confort de la personne soignée. Les malléoles peuvent être protégées par le coussin placé au niveau des pieds. Le sacrum et le trochanter ne sont pas exposés à la pression.

C'est la position qui convient le mieux aux personnes atteintes d'affections cardio-respiratoires car il est possible de surélever le torse de la personne soignée sans provoquer d'inconfort. Cette position peut être maintenue 4 heures, vous pouvez alterner côté gauche et côté droit.
   
Comment réaliser un tableau pour le suivi des changements de position et de rotation pour des patients présentant une escarre ou susceptibles d'en présenter une (pour une maison de retraite médicalisée) ?
 
Il existe dans les protocoles de divers établissements des tableaux de suivi pour les changements de positions.
Pour construire le vôtre, vous pouvez vous inspirer de la démarche suivante :
Sur une feuille format A4 position paysage, vous pouvez organiser un tableau et placer en haut le nom du patient, le numéro de sa chambre (divers renseignements permettant de l'identifier).
Ensuite organiser un tableau de 12 lignes verticales (12 jours) et de 24 cases horizontales (24 heures) avec dans la première colonne en horizontal les heures, en vertical les dates, il vous suffit de placer ensuite dans les petites cases du tableau les positions du patient, en utilisant une légende permettant de les faire tenir dans ces cases.
Exemple : décubitus dorsal (DD), décubitus latéral gauche (DLG), décubitus latéral droit (DLD), fauteuil (F), Marche (M).
Ce tableau peut être affiché dans la chambre du patient ou bien inclus dans le dossier de soins.