Escarre.fr
 
   
     
 
La douleur chronique

obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie
La douleur chronique, persistante, même en dehors de tout soin ou mouvement est due à la plaie elle-même :
les dommages directs aux terminaisons nerveuses dus à la plaie,
les excès de nociception (stimuli douloureux des terminaisons nerveuses) dus aux phénomènes inflammatoires, voire infectieux, liés à la plaie.
   
obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie Parallèlement à une recherche des causes de cette douleur et éventuel traitement de ces causes, on soulage la douleur par un traitement médicamenteux.
   
   
   
Questions - Réponses
   
Pourquoi l'eau stérile peut-elle être douloureuse sur des escarres ?
Auteur : médecin
 
L'eau stérile (en ampoules ou en réserves en milieu hospitalier) est déminéralisée donc hypotonique. Les hématies éclatent dans l'eau stérile, les cellules de la plaie peuvent être lésées par ce produit. Elle provoque de ce fait des douleurs lors de l'application sur plaie chronique (Conférence de Consensus de novembre 2001).
L'eau du robinet a un effet tensio-actif favorisant l'action mécanique du nettoyage. Il peut néanmoins exister une incertitude sur son innocuité bactériologique ( ex : pollution des tuyaux). En cas de doute, privilégier le sérum physiologique.
   
L'indication du traitement d'une escarre en phase de bourgeonnement par le jet-à-gouttes est-elle justifiée ? Ce traitement est très douloureux ( EN= 6) lorsqu'il est effectué, malgré une antalgie préventive (tramadol).
Si cette pratique est justifiée, comment pouvons-nous atténuer cette douleur à type de brûlure lors du pansement ?
 
En principe, il faut choisir le soin le moins douloureux possible. La méthode de la douchette pour nettoyer la plaie est efficace (il y a peut-être un problème de pression au niveau du jet ?) ; si pour certaines personnes soignées elle est très douloureuse, il faut plutôt la remplacer par un lavage au sérum physiologique.
Il faut savoir qu'avec les produits actuels, il peut rester des débris de pansements dans la plaie sans dommage pour la cicatrisation dirigée.
   
Ma grand-mère a la maladie d'Alzheimer, en stade final, il lui est impossible de nous signaler la moindre douleur. Vu l'aggravation de l'état de son escarre, comment savoir si une douleur existe vraiment et comment y remédier ?
 
Chez ce type de patient qui est incapable d'exprimer sa douleur, il faut observer ses réactions au moment du pansement : rictus, repli sur soi....
Le médecin peut prescrire un antalgique 30 mn avant le pansement.
L'installation au moment du pansement est également importante pour ne pas générer de nouvelle douleur : faire reposer le corps sur la plus grande surface corporelle (décubitus latéral oblique) de façon à diminuer les forces de pression sur les zones d'appui du côté opposé.
A ce stade de fin de vie, il faut effectivement éviter toute douleur superflue, maintenir le corps propre pour faciliter les rapports avec l'entourage et respecter l'intégrité de la personne soignée en faisant des soins de confort, sans acharnement thérapeutique.