Escarre.fr
 
   
     
 
Les troubles de la sensibilité ou de la mobilité

obésité,obesite,diabète,cholestérol,diabete,surpoids,oedème,hypertension,gastroplastie Troubles de la sensibilité
 
Les patients souffrant de troubles de la sensibilité ne peuvent percevoir la douleur qui accompagne une pression excessive prolongée et provoque normalement un mouvement même imperceptible qui soulage les tissus.

Les troubles de la sensibilité se rencontrent chez :
les patients atteints de maladie neurologique : hémiplégie (suite à un accident vasculaire cérébral),
les blessés médullaires : paraplégiques, tétraplégiques,
les patients souffrant de certains troubles de la conscience, de démence...
certains diabétiques ayant un diabète ancien...
   
 
Mécanisme normal d'échappement à une surpression
   
Troubles de la mobilité
 
Les patients souffrant de troubles de la mobilité vont avoir des difficultés à échapper à une pression excessive prolongée, même lorsque la douleur liée à celle-ci est perçue.

Les troubles de la mobilité se rencontrent chez :
les blessés médullaires : paraplégiques, tétraplégiques,
les patients post-opératoires immobilisés,
les patients souffrant de certains troubles neurologiques : parkinsoniens, hémiplégie ...
   
Troubles conjugués
 
La conjonction des troubles de la sensibilité et de la mobilité constitue un contexte particulièrement propice à la formation d'escarre et implique donc des mesures de prévention et surveillance renforcées.
   
Responsabilité de certains médicaments
 
Les problèmes de sensibilité ou de mobilité peuvent être dûs ou aggravés par un traitement médical : neuroleptiques, anesthésie opératoire, sédatifs, catécholamines, anti-inflammatoires, cortisone en longue durée, ...
   
   
   
Questions - Réponses
   
Y a-t-il des solutions pour guérir les escarres dans le cadre d'un patient totalement immobilisé ?
Auteur : médecin
 
Il est toujours difficile de dire s'il y a des "solutions", par contre, il y a des actions à entreprendre afin de diminuer le risque d'escarre.
Dans le cas d'un patient totalement immobilisé, il est indispensable de garantir une suppression de l'appui en installant ce patient sur un support dynamique performant.
Néanmoins, il y a d'autres paramètres à prendre en compte en dehors de l'immobilisation. Par exemple, on ne peut pas guérir un patient porteur d'escarres dénutri.
Ainsi, au-delà de l'immobilisation, il convient d'évaluer le patient dans sa globalité : nutrition, affections pulmonaires, troubles circulatoires veineux ou artériels, incontinence, ... et prendre les mesures adaptées.
Enfin, une surveillance particulière devra bien entendu être appliquée à ce patient.